Santé : les meilleures applications mobiles

Sept applications mobiles ont été sélectionnées parmi 43 lors de la journée nationale de l'innovation en santé, le 28 janvier. Elles concernent le domaine médical et aident les médecins, les malades, mais aussi les bien-portants. Voici les cinq plus utiles. 

Des applications mobiles pour prendre soin de tous

Les sept applications mobiles retenues ont été récompensées lors de la journée nationale de l'innovation en santé. Ce prix permet de mettre en avant les plus fiables, tant sur le plan juridique que médical, afin d'aider concrètement les professionnels, les malades et toutes les personnes soucieuses de leur santé de manière générale. 

Pour les professionnels, la meilleure application à utiliser est sans doute MEDPICS. Cet outil permet aux médecins francophones de partager autour de leurs cas cliniques. Les photos d'IRM, de plaies, de radios mises en ligne leur permettent de découvrir des cas rares, des diagnostics de pathologies et d'échanger sur les traitements à prescrire. Le tout en respectant l'anonymat complet des patientsconcernés.

Des applications pour suivre sa santé ou sa maladie

Les applications récompensées pour leur aide apportée aux patients sont plus nombreuses : DOCTYSIA par exemple, application destinée au grand public, est un carnet de santé enregistré sur son téléphone. QALYO quant à elle enregistre vos données personnelles comme le poids, la tension artérielle, le stress, le cholestérol, l'activité. Elle analyse ensuite ces informations, fournit des conseils et permet de gérer ses prises de rendez-vous médicaux. 

Les jeunes diabétiques de type 1 ont leur application, avec NOVI-CHEK. Ludique et bien conçue, elle permet de prendre les bonnes habitudes alimentaires, d'apprendre à calculer les glucides présents dans son menu, de reconnaître les signes d'hypoglycémie et d'hyperglycémie. MON COACH DOULEUR, enfin, est destinée aux personnes souffrant de cancer, afin d'enregistrer jour après jour la douleur ressentie, puis de faire une synthèse en fonction de son intensité et de sa localisation

Source : passeportsante.net, 02/02/2017