Le taux d'interet-634

assurance prêt immobilier - offre MAGE

Le taux d'intérêt est fixé par la banque centrale en fonction du contexte économique national et international. Ce taux est donc régulièrement corrigé et a une valeur déterminée à une date définie. Les organismes prêteurs achètent l'argent à ce taux puis le revendent majoré de leur marge bénéficiaire.

DEFINITION :

Le taux fixe : il s'agit d'un taux d'intérêt invariable pendant toute la durée du prêt quelle que soit l'évolution économique.
Le taux variable : contrairement au taux fixe, il évolue avec les marchés. Il est conseillé en période de stabilité économique et pour un emprunt de courte durée. Ce taux est en général plus faible que le taux fixe au moment de la souscription.

Le taux cape : il s'agit d'un taux évolutif limité dans sa hausse, voire dans sa baisse. Sa valeur est intermédiaire entre les deux autres taux (il s'agit d'un taux variable « borné »).

Ces taux sont à distinguer du TEG « Taux Effectif Global » qui correspond à un taux recalculé tenant compte du coût total du crédit (taux d'intérêts majoré de l'assurance du prêt, des frais de dossier, etc.). C'est ce taux qui doit être pris en considération pour une comparaison entre les différents organismes puisqu'il permet de déterminer le montant de remboursement mensuel.

Les éléments mentionnés ci-dessous influent sur le taux d'intérêt proposé par l'organisme prêteur.

schematauxinteret

4 éléments influent sur le taux d'intérêt consenti. La stabilité de l'emploi, l'apport personnel (supérieur à 25%), la courte durée du prêt (< à 10 ans) ou le faible taux d'endettement (< à 27%) limitent le risque, rassurent l'organisme prêteur qui n'hésite pas à revoir son taux d'intérêt à la baisse.

Fort de ces arguments, il vous appartient de négocier le taux en faisant jouer la concurrence.

 

   

A savoir :
certains établissements bancaires fixent à leurs agences des objectifs à atteindre. Si tel est le cas, l'agence bancaire dispose d'une enveloppe budgétaire annuelle pour financer les prêts immobiliers. Si en fin d'année cette l'enveloppe n'est pas épuisée, le banquier est plus disposé à fournir des efforts.